Vers une interdiction des crèmes solaires « classiques » ?

Post du 18 août 2018

Vous êtes encore sur la plage, ou pas loin, et vous vous demandez déjà comment garder le joli hâle de votre peau ?

Effet bonne mine et capital soleil

L’effet bonne mine d’une peau bronzée fait du bien au moral. La luminosité du soleil que nous recevons en été nous aide aussi à synthétiser la précieuse vitamine D, bonne pour nos os, nos muscles, notre système cardiovasculaire, notre immunité et notre moral. Il est recommandé de s’exposer en été deux fois par semaine entre 15 et 30 min avant 11:00 ou après 16:00. On est loin des longues journées de bronzette ! Le second apport essentiel en vitamine D est notre alimentation (voir plus loin ). 
Il a été démontré que pour éviter la dépression automnale nous devrions nous exposer le plus souvent possible à la lumière et au soleil, notamment pour induire la sécrétion de mélatonine, l’hormone qui régule notre cycle jour/nuit, via la sérotonine, aussi appelée « l’hormone du bonheur ».
Cependant, nous savons aussi qu’une mauvaise protection au soleil peut engendrer des cancers de la peau et que notre « capital soleil » n’est pas infini. En effet, les mélanosomes, cellules de notre épiderme, contiennent la mélanine qui nous fait bronzer et qui protège notre peau des agressions des UV. Ils agissent donc comme un parasol.
Les dermatologues conseillent donc de plus en plus d’adopter une crème de jour avec une protection UV. Sous nos latitudes l’indice UV varie de 2 (faible) en hivers à 10 (très élevé) en juillet, août et parfois septembre.
On dit que pour connaître le risque solaire, sans connaitre l’index UV, il suffit de planter un bâton dans le sol et d’observer la taille de l’ombre qu’il projette. Si l’ombre est plus courte que le bâton, il y a un danger !
Petit rappel encore en cas de coup de soleil :
– Le gel d’aloe vera apaisant, 
– L’huile essentielle de lavance aspic pour la peau échauffée, 
– L’hydrolat de menthe poivrée rafraîchissant.

Quelle crème solaire adopter durant l’année ?

Les recommandations de la Commission européenne indiquent que « Les produits de protection solaire doivent avoir une action suffisante contre les UVB (responsables des coups de soleil), mais aussi contre les UVA (qui provoquent le vieillissement prématuré de la peau et des troubles du système immunitaire humain). Tant les UVB que les UVA peuvent provoquer le cancer de la peau. »
Il existe donc deux types de crèmes protectrices : celles à filtres chimiques et celles à filtres moléculaires. 
Les filtres chimiques sont composés de molécules organiques (oxybenzone et autres) et pénètrent dans l’épiderme pour absorber les UV, ils peuvent donc aussi être des perturbateurs endocriniens, des allergènes et avoir un impact écologique important, notamment en tuant les micro-algues contenues dans les coraux.
Les filtres minéraux, en revanche, ne pénètrent pas l’épiderme. Ils se déposent sur la peau pour réfléchir les rayons UV, comme un écran. Les filtres minéraux sont généralement à base de dioxyde de zinc ou de dioxyde de titane.  Il faut choisir des crèmes solaires minérales sans nanoparticules, sans filtres chimiques ajoutés et bio si possible, car non nocive pour l’environnement. Les crèmes contenant des filtres minéraux ont comme désavantage de laisser souvent un film blanc sur la peau (on a testé !), mais aussi comme avantage d’être non-allergène
La seule crème solaire bio sans nanoparticules, à ma connaissance, est pour l’instant le spray solaire bio des laboratoires de Biarritz hypoallergénique*, SPF 30 ou 50, teintée ou pas. 
La crème solaire minérale Avène*,non bio, est aussi garantie sans filtres chimiques.
* Je précise que je n’ai aucun lien avec ces marques !

Et l’huile de karanja ?

En 2017, l’ANSM (agence nationale française de sécurité du médicament et des produits de santé) rappelle dans son avis aux fabricants de produits de protection solaire que : 
« 1) Les produits de protection solaire contenant uniquement de l’huile de karanja en vue d’obtenir un facteur de protection ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur et ne doivent pas être mis à disposition sur le marché; 
2) Dans le cas des produits de protection solaire composés de filtre(s) ultraviolet(s) autorisé(s) et d’huile de karanja, il est important de pouvoir démontrer que le facteur de protection solaire obtenu est dû au(x) filtre(s) ultraviolet(s) autorisé(s) présent(s) dans la formule. »
En bref, mieux vaut éviter cette huile encore controversée !

Vers une interdiction des crèmes solaires non bio ?

Quand on voit les dégâts que font le soleil sur la peau au fil des années, on peut aussi se dire que la mode asiatique d’une peau claire et laiteuse va peut-être arriver plus vite qu’on ne le croit en Europe. D’autant plus que le layering asiatique est aussi un mode de soin pour la peau qui se reprend de plus en plus chez nous (voir un prochain blog). 
Les îles Palaos, dans l’océan pacifique, ont même interdit depuis 2020 les crèmes solaires pour protéger les coraux. L’état d’Hawaï semblerait suivre en 2021. Pour Craig Downs, directeur général du Haereticus Environmental Laboratory de Hawaï : « Ils ne veulent pas devenir comme la Thaïlande, les Philippines ou l’Indonésie, où ils ont dû fermer des plages. Les récifs coralliens de ces plages sont morts. »

Comment prolonger son bronzage et avoir une belle peau toute l’année ?

Revenons pour l’instant à notre question de départ !

Il existe quelques maîtres mots (dans l’ordre du soir au matin) :

– Exfolier le soir, deux ou trois fois par semaine avec un exfoliant doux, pour enlever les cellules mortes de surface et permettre à la peau de respirer (par exemple avec notre crème illuminatrice). 🌿🌸
– Hydrater (beaucoup), penser à des démaquillants et des crèmes qui contiennent des hydrolats et des huiles végétales de type Oméga 3 (voir un prochain blog). 
– Protéger le matin et tout au long de la journée, avec un crème de jour contenant un filtre solaire minéral (voir plus haut). 
– Le macérât de carotte permet aussi de garder un teint hâlé. Il se trouve dans de nombreuses crèmes, comme la crème « bonne mine » proposée dans nos ateliers cosmétiques créatifs. 🌿🌸
– Avoir une alimentation adaptée.

Quelle alimentation pour notre peau ?

Boire beaucoup d’eau, car l’eau arrive aussi aux cellules de notre peau !
– Manger des aliments de couleurs qui contiennent souvent des anti-oxydants : le lycopène dans la tomate, les flavonoïdes dans les noix, le vin rouge ou le carotène dans la carotte. Et privilégier les thés verts riches en antioxydants, en particulier le thé des Açores, seul thé européen et certifié sans pesticides ! 
– Privilégier les aliments riches en oméga-3 qui nourrissent en profondeur le derme de notre peau (pour éviter les rides) comme le thon à l’huile (surtout ne pas prendre le thon dans la saumure, car les oméga-3 partent avec la saumure) et certaines huiles comme celles de colza ou de noix. 
– Ne pas oublier la vitamine C, également anti-oxydante et présente dans le cassis, les baies, les framboises, les groseilles et les agrumes.  
Voilà, vous l’aurez compris, il y avait plein de choses à dire sur le bronzage … Bonne rentrée en pleine forme à tous !

Voici quelques liens des articles mentionnés plus haut si cela vous intéresse :

————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code